la co-médico musicale

UN SPECTACLE DRÔLE ET ÉMOUVANT, QUI FAIT PORTER UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE DE L’HÔPITAL

Dans la chambre 113, Mathilde s’est dédoublée suite à un accident de voiture : alors que son corps, plongé dans un profond sommeil, reçoit les soins de l’équipe hospitalière, son esprit tente par tous les moyens d’interagir avec le monde des vivants. Julien, son époux, prévenu de l’accident, se précipite à son chevet. Passant par tous les émois, le jeune quadragénaire parviendra-t-il à se battre pour faire renaître un amour qui s’est étiolé après dix ans de mariage ?

Dans un tableau de vie égayé par les extravagances de la truculente Roseline et la candide Natacha, infirmières, mêlées à la sublime mégalomanie du Docteur Grinsky, le spectateur se prend de compassion pour ce jeune couple.
Au cours d’un délicieux huis clos d’1h30, il découvre les sensibilités, les égos, partage les petits bonheurs de la vie, les inquiétudes et les folies du personnel qui accompagne le couple dans cette tranche de vie particulière.

Servie avec brio par une équipe de 5 comédiens-chanteurs-danseurs et 2 musiciens multi-instrumentistes, cette pièce de théâtre musical est teintée d’influences de Broadway.
Elle vous embarque dans un univers émotionnel et humoristique, à la confluence d’œuvres aussi variées que « Parle avec elle », « Grey’s Anatomy », « Dr. House » ou « Et si c’était vrai ».

La représentation scénique de Chambre 113 se fait autour du lit de Mathilde comme axe de jeu mais dans un décor en perpétuel mouvement au gré des atermoiements des protagonistes.

Cette comédie musicale en plus d’être une pièce sur les difficultés du couple a également pour sujet la solitude. La solitude devant ses propres désirs que ce soit pour Mathilde et Julien tentant à l’aune de ce drame de recomposer leur amour mais également pour le personnel de l’hôpital se trouvant seul avec eux même devant leur quête affective.

Plutôt qu’une vison réaliste nous avons choisi avec Christian Vallat une représentation dynamique afin de créer des ambiances plus mentales que décoratives. Telles les chorégraphies de Caroline Roëlands et les lumières de Caroline Vandamme nous sommes plus dans une démarche psychologique que dans la représentation d’une réalité. Seul les costumes de Mathilde Perrin- Toinin seront ancrés dans le quotidien.

Le ton général de la pièce est celui de la comédie, c’est à dire que tous les personnage, grâce à leur énergie positive et leur humour cherchent à se sortir d’une situation plus que dramatique.

Vincent Vittoz (Metteur en Scène)